• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 16 mars 2009

Mars/Avril 2009 : Mes pires appréhensions.

16032009

Je lance donc ce thème qui sera donc inaugural. Je vous invite à témoigner sur ce thème « mes pires appréhensions » en respectant l’anonymat (le vôtre et celui des autres) et en restant respectueux/se.

« Je pense que de se formuler celles-ci permet de mieux faire le point et d’accepter nos craintes et d’apprendre, avant de les neutraliser, à les apprivoiser, à les regarder. De plus, cela fait du bien de les dire et pourquoi pas d’en sourire, voire d’en rire ?

Je commence :

Mes  pires appréhensions : en fait, dès que mon compagnon ou mes enfants quittent le domicile, je suis inquiète. J’ai peur qu’il leur arrive quelque chose. J’imagine l’accident de voiture, ou d’autres accidents et j’ai peur qu’ils soient blessés. Je ne me le dis pas sans cesse, non, cela s’infiltre, je me sens stressée et en fait, quand je réfléchis c’est à cause de cela : je suis toujours inquiète.

Je crains aussi toujours que mon compagnon me trompe. J’en souris maintenant mais c’est un peu comme si je ne pouvais avoir aucune confiance et un peu comme si cela n’était que son seul objectif : me tromper. J’ai aussi envie de tout savoir de lui, de rentrer dans ses pensées, je suis terrorisée à l’idée que la mort va nous séparer, j’aimerais que nos deux corps fusionnent, je voudrais me désintégrer en lui…

Des fois, la nuit, je crois que je meurs, je me réveille en sursaut en ayant l’impression d’être morte.

Mais, toutes ces appréhensions, je les cache, je n’en parle pas. Car je ne veux pas prendre la tête à ceux que j’aime.

Des fois, cela déborde, car je suis toujours dans le contrôle, alors je fais une scène ou je deviens irascible et je peux passer pour maniaque ou jalouse alors que cela n’a rien à voir.
Je suis contente de pouvoir parler de ces appréhensions car depuis que j’ai pu me les verbaliser, depuis que j’ai compris ce qu’elles étaient, il m’arrive de plus en plus souvent de vivre des moments sans elles et WAOUH, quelle bouffée d’air frais, quel bonheur, j’en pleure de joie.

Mais pour l’instant, elles sont encore là, plus petites, moins paralysantes mais ,là. »

Ysyade







sauvons la convention colle... |
Myopathie, maladie neuro mu... |
Le BIO c'est la SANTE |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | YOGA & REIKI dans l...
| Votre coach sportif __...__
| lumierederose